CISR : LES USAGERS RESTENT MOBILISES

Les déclarations du CISR ont soulevé la colère des usagers de la route, toutes catégories confondues. La contestation continue de monter en puissance. Pour réduire le feu, le gouvernement annonce de petites reculades censées masquer la répression.
Rarement rejet d’une série de mesures aura été aussi unanime : motards, automobilistes, cyclomotoristes, transporteurs, constructeurs, mais aussi députés de la majorité ! Tous ceux ayant à cœur la représentation des citoyens ou la réelle sécurité routière dénoncent en cœur ces mesures unilatérales, piégeuses et inefficaces, qui vont en contradiction avec tous les travaux et études de ces
dernières années.
Inquiet des conséquences électorales, le gouvernement annonce en urgence des concessions mineures et provisoires, dans l’espoir de calmer les esprits échauffés. Cela ne remet rien en cause et n’a pour objectif que d’offrir une sortie de crise honorable aux élus de son propre camp. Une distribution de mercurochrome après s’être tiré une balle dans le pied ?
Le public risque de tomber dans ces nouveaux mensonges, et d’accepter l’inacceptable sous prétexte d’avoir évité le pire. Ne nous laissons pas endormir ! Chaque annonce, chaque mesure ne vise qu’à toujours plus de répression. Par exemple n’oubliez pas que les nouveaux radars
« pédagogiques », sans verbalisation immédiate, enregistrent tout ce qui passe devant leur caméra. Dans quel but, sinon optimiser la répression ultérieure ? Et pour quel coût par rapport aux panneaux qu’ils doivent remplacer ? Pendant ce temps, les véritables causes d’accident sont toujours ignorées et ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait tomber la fièvre.
Refusant d’avaler de nouvelles couleuvres, les Motards en Colère maintiennent leur appel à l’ensemble des usagers de la route à manifester le 18 juin 2011, dans toute la France.
Il est temps d’arrêter la répression abusive, et de s’engager résolument vers la prévention, la sensibilisation aux risques, la maintenance du réseau routier et la formation de tous les usagers de la route.
Contact presse : France Wolf - 06 63 43 43 32
Frédéric Jeorge - 01 48 18 03 20