DU NOUVEAU SUR LE CT EUROPEEN

Les nouvelles qui fâchent sont toujours publiées ou votées en plein break estival, où il est plus difficile de mobiliser les citoyens et fait perdre un temps précieux pour organiser la résistance. La FEMA vient de mettre la main sur le projet abouti de Contrôle Technique européen qui sera présenté à la rentrée, dont le contenu est relativement définitif. Heureusement, ça ne veut pas dire qu’il sera voté en l’état dès la rentrée, il y en a pour des mois, voire des années, et on peut s’attendre à de très nombreux amendements, dont beaucoup que nous devrons provoquer par nos actions et notre lobbying.Tout le travail fait jusqu’ici et les 130.000 signatures déposées à la commission ont permis de repousser jusqu’à l’enterrer le CT spécifique pour les motos. Mais le lobby des centres de contrôle et d’autres forces commerciales sont passées par un autre biais : l’uniformisation des CT à travers l’Union, il faut donc recommencer une fois de plus.La bonne nouvelle, c’est que ce texte va si loin qu’il va bien nous aider à rallier à notre cause les autres catégories d’usagers et même les pays qui ont déjà un CT relativement light. La mauvaise, c’est que ce n’est pas un projet de directive, mais bien une réglementation européenne, qui réduira énormément la marge de manœuvre des états-membres.  

EN QUELQUES MOTS, LE PROJET ACTUEL :

- S’appliquera à TOUS les véhicules à moteur, du cyclomoteur au 44 tonnes- La fréquence minimale prévue (les pays pourront toujours demander encore plus) sera de quatre ans à partir de l’achat du véhicule neuf, puis après deux ans, puis TOUS LES ANS.- Toute modification d’un véhicule devra être validée par un passage spécial en CT, et chaque transaction pour la vente de véhicule d’occasion devra être accompagnée d’un certificat de CT récent.- Le contenu même du contrôle n’est pas encore exactement défini, mais pourrait pour le coup être différent d’un pays à l’autre, annulant donc le seul avantage d’un CT unifié : sa validité d’un bout à l’autre de l’Europe.- On ne sait pas non plus si ce serait effectué dans des centres dédiés, des garages certifiés, ou encore chez n’importe quel mécano, les 3 systèmes existant actuellement, et chacun posant des problèmes.  

EN SOUTIEN DE CE PROJET, ON TROUVE NOTAMMENT :

- Les différentes chaînes de CT, sans surprise, qui entendent bien se partager un gâteau annuel minimum (rien que pour les deux-roues !) de plus d'un milliard d’Euros. Ils ont réussi à sortir une étude disant que 7% des accidents de moto étaient dus à une défaillance technique… on demande à voir leurs sources.- Les constructeurs, qui y voient (naïvement à notre avis) une façon de booster les ventes de véhicules neufs dans un marché en berne, ainsi qu’une potentielle activité complémentaire pour leurs ateliers.- Des politiciens qui doivent s’ennuyer, et en pleine crise économique, menaces sur l’emploi etc., ne trouvent rien de mieux à faire que passer du temps sur un projet comme ça, unanimement rejeté par les usagers. Mais qui donne l’impression d’agir pour la SR…  

NOS PRINCIPAUX ARGUMENTS CONTRE :

- Les études des chaînes de CT ne sont pas crédibles, il n’y a aucun nouveau chiffre pour contredire l’étude la plus sérieuse sur le sujet (MAIDS) et ses 0,7% de défaillance technique potentielle, et tous les chiffres fiables et de bon sens, notamment des assureurs et des experts de la question, qui savent bien que les comportements sont LA cause d’accidents.- Ce n’est pas parce qu’un véhicule présente lors d’une expertise après coup une défaillance par rapport à un point précis du CT que c’était LA cause de l’accident (par exemple une ampoule arrière grillée fait compter le véhicule comme défaillant… même si le crash est une collision frontale).- Les pays ayant les meilleurs taux d’accidents notamment deux-roues (par exemple Hollande et Finlande), n’ont pas de CT.- C’est une nouvelle mesure discriminatoire : ceux qui n’ont pas les moyens de changer régulièrement de véhicule seront ceux à qui on fera payer le plus de contrôles (tous les ans à partir de la 7ème année !), alors qu’il n’est pas prouvé qu’ils sont plus impliqués dans les accidents.- De façon générale, AUCUNE étude n’a jamais réussi à prouver que les CT, auto ou moto, avaient un impact sur l’accidentalité. Ils laissent rouler moins de vieux trucs, oui, mais ce ne sont pas forcément les véhicules anciens qui ont des accidents, au contraire même dans le cas des deux-roues.- Même l’argument environnemental n’est pas suffisant : pousser les gens à renouveler leur véhicule est peut-être bon pour le commerce, mais le bilan écologique global est négatif en détruisant un véhicule amorti pour le remplacer par un neuf, même s’il pollue un peu moins en fonctionnement que le vieux. 

LES ACTIONS A PREVOIR :

- Un GT spécial est constitué au niveau européen, que la FFMC va sans doute animer vu son expérience sur le sujet, vous aurez régulièrement de ses nouvelles.- Une communication intensive va se mettre en place pour alerter les citoyens européens sur cette nouvelle arnaque communautaire (Facebook, site dédié, autocollants…)- Nous allons essayer de reproduire au niveau européen l’expérience de l’Union des Usagers de la Route, qui pour un temps au moins a permis un très beau coup d’éclat. C’est très ambitieux et sans garantie, mais pourquoi pas ?- Enfin, bien qu’il soit très difficile de faire descendre dans la rue les usagers de certains pays et associations, nous ne désespérons pas d’organiser une manif synchronisée à l’échelle européenne. Vous aurez bien sûr d’autres nouvelles dès que possible, nous sommes déjà à l’écoute de toute suggestion, proposition de graphisme ou d’action, etc. (en anglais dans la mesure du possible, sinon on traduira).C’est un nouveau combat de longue haleine qui se prépare, sur lequel les motards seront à nouveau en pointe, qui va devoir se jouer finement et à grande échelle car il concerne rien moins qu’un demi-milliard de citoyens européens, contre de très puissants lobbies. Et comme disait mon pote Machiavel : « La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples. » 

http://www.fema-online.eu/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=301&cntnt01returnid=15 

A très bientôt, Frédéric – BN / FEMA