CNSR : une « sécurité routière » toujours déconnectée des usagers

En optant pour des « expérimentations » localisées et non pour une généralisation de la baisse de la vitesse, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur recadre (un peu) les tenants du « tout-sécuritaire » partisans des méthodes fortes.

Ainsi la recommandation pour une expérimentation de la baisse des vitesses à 80 km/h sur les routes à double sens de circulation vient d’être votée par le Conseil national de la Sécurité routière qui s’est réuni lundi 16 juin 2014 contre l’avis de la Commission Alcool Stupéfiants Vitesse qui prônait une généralisation. En effet, cela devrait d’abord faire l’objet d’une « expérimentation » préalable, comme l’a souligné le ministre de l’Intérieur… preuve que le gouvernement sent que cette mesure très impopulaire risque aussi de lui coûter des points sur un permis en crédibilité déjà bien entamé par ailleurs.

La Fédération Française des Motards en Colère dénonce cette politique uniquement basée sur la vitesse et son contrôle. C’est au détriment des vrais enjeux de sécurité routière que sont aujourd’hui la formation, l’inattention au volant (téléphone, interdistances véhiculaires peu respectées, aides à la conduite qui déconnectent le cerveau des conducteurs, hypovigilance sur autoroute), l’état des routes qui se dégradent et sans réelle prise en compte des deux-roues motorisés.

A continuer ainsi à conduire une politique de sécurité routière basée sur la contrainte, la Sécurité Routière et ses fameux « experts » ne font que justifier notre appellation de « Motards en colère ». A ce titre, ces mêmes experts ont remis sur le tapis de nouvelles mesures pour les 2RM sur lesquelles nous reviendrons.

La FFMC reste vigilante et appelle les usagers en 2RM à rester mobilisés.

Retrouvez le texte de la déclaration de la FFMC à l’occasion de ce CNSR et les notes d’analyse sur les 3 propositions mises au vote ce jour sur notre site internet : www.ffmc.fr

Contacts presse :

France Wolf 06 63 43 43 32, Eric Thiollier 01 48 18 12 15, Marc Bertrand 01 48 18 12 16