COMMUNIQUES FFMC NATIONALE

La FFMC rencontre Claude Guéant

et maintient son appel à la manifestation le 18 juin

 

 

Reçue hier par le ministre de l’intérieur, la Fédération Française des Motards en Colère, coordinatrice de l’Union des Usagers de la Route, a fait le point sur les mesures contestées issues du CISR du 11 mai dernier. Si Claude Guéant s’est déclaré déterminé à ne pas revenir en arrière, la mobilisation des motards le conduit à devoir nous prendre en compte avant de transformer ses annonces en décrets d’application.
-
Des plaques d’immat’ plus grandes, l’obligation du port de gadgets rétro-réfléchissants, l’obligation d’un retour en formation après cinq ans d’interruption de conduite moto, toujours plus de répression et de stigmatisation des conducteurs, voilà de quoi mettre plus d’un motard en colère ! Après deux ans de participation à la Concertation Nationale sur la sécurité des deux-roues motorisés, les représentants de la FFMC ont expliqué au ministre de l’Intérieur à quel point les mesures annoncées par le CISR apparaissent en décalage avec les constats issus de la Concertation.
Campé dans son rôle de Père Fouettard au nom de la « sécurité routière », monsieur Guéant a toutefois marqué le pas en nous proposant de rediscuter avec ses services… comme quoi ça sert de se mettre en colère !
De notre côté, échaudés par ce gouvernement qui annonce chaque semaine des choses énormes et qui fait mine de négocier ensuite pour faire passer la pilule, la FFMC maintient son appel à la mobilisation samedi 18 juin dans tout le pays pour rappeler aux responsables politiques que la répression à outrance a atteint ses limites et que la sécurité routière ne peut se faire contre les usagers, premiers concernés, mais doit se faire avec eux.
Contact Presse : France Wolf 06 63 43 43 32
Frédéric Jeorge 06 11 03 13 98
Le rôle de la la Fédération Européenne des Associations Motocyclistes (FEMA) est de plus en plus déterminant, tant les lois et contraintes futures se décident dès aujourd'hui à Bruxelles. Le travail de lobbying est intense et complexe, mais les résultats sont là : création prochaine d'un standard pour les glissières de sécurité adaptées aux motards, fin annoncée du bridage à 100 ch. en France, formation au monde de la moto de tous les membres de la Commission Transport de l'Union, balade annuelle des Euro-députés, organisation de forums, conférences et ateliers de travail au sein même du Parlement Européen sur la vraie sécurité routière des deux-roues, etc etc.
Les prochains challenges concernent par exemple la révision des normes d'homologation des véhicules et l'organisation des futurs permis de conduire européen.
Cependant, comme la plupart des associations motardes européennes dont elle dépend, la FEMA est en difficulté financière. Les bons chiffres d'adhésion de la FFMC ne compensent pas les pertes d'adhérents des autres membres et la disparition de deux associations affiliées. Les coûts augmentent, la charge de travail aussi... bref, une équation difficile. Nous sommes à la recherche de toute solution de financement annexe, par des dons ou sponsors. Les individuels et les clubs aussi peuvent contribuer. Sur 35 millions de deux-roues en Europe, on va bien trouver de quoi équilibrer le budget pour défendre l'avenir de la moto et sa pratique en Europe ? Nous comptons sur vous pour passer le mot...

http://www.fema-online.eu/index.php?page=support

 

Les utilisateurs de Facebook peuvent aussi rendre un petit service à la FEMA en faisant tout simplement un "J'aime" sur leur page :

http://www.facebook.com/pages/Federation-of-European-Motorcyclists-Associations/193674387342050

 

 

CISR : LES USAGERS RESTENT MOBILISES

Les déclarations du CISR ont soulevé la colère des usagers de la route, toutes catégories confondues. La contestation continue de monter en puissance. Pour réduire le feu, le gouvernement annonce de petites reculades censées masquer la répression.
Rarement rejet d’une série de mesures aura été aussi unanime : motards, automobilistes, cyclomotoristes, transporteurs, constructeurs, mais aussi députés de la majorité ! Tous ceux ayant à cœur la représentation des citoyens ou la réelle sécurité routière dénoncent en cœur ces mesures unilatérales, piégeuses et inefficaces, qui vont en contradiction avec tous les travaux et études de ces
dernières années.
Inquiet des conséquences électorales, le gouvernement annonce en urgence des concessions mineures et provisoires, dans l’espoir de calmer les esprits échauffés. Cela ne remet rien en cause et n’a pour objectif que d’offrir une sortie de crise honorable aux élus de son propre camp. Une distribution de mercurochrome après s’être tiré une balle dans le pied ?
Le public risque de tomber dans ces nouveaux mensonges, et d’accepter l’inacceptable sous prétexte d’avoir évité le pire. Ne nous laissons pas endormir ! Chaque annonce, chaque mesure ne vise qu’à toujours plus de répression. Par exemple n’oubliez pas que les nouveaux radars
« pédagogiques », sans verbalisation immédiate, enregistrent tout ce qui passe devant leur caméra. Dans quel but, sinon optimiser la répression ultérieure ? Et pour quel coût par rapport aux panneaux qu’ils doivent remplacer ? Pendant ce temps, les véritables causes d’accident sont toujours ignorées et ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fait tomber la fièvre.
Refusant d’avaler de nouvelles couleuvres, les Motards en Colère maintiennent leur appel à l’ensemble des usagers de la route à manifester le 18 juin 2011, dans toute la France.
Il est temps d’arrêter la répression abusive, et de s’engager résolument vers la prévention, la sensibilisation aux risques, la maintenance du réseau routier et la formation de tous les usagers de la route.
Contact presse : France Wolf - 06 63 43 43 32
Frédéric Jeorge - 01 48 18 03 20