COMMUNIQUES FFMC NATIONALE

la réponse de Mehdiator à la campagne de Sécurité Routière déployée actuellement dans le Var

    http://goo.gl/ITxGN  

La Sécurité Routière en flagrant délit

de dérapage argumentaire

.

 .

Alors que le chiffre des motards décédés sur la route est historiquement au plus bas, la DSCR continue de communiquer de façon fallacieuse sur le risque moto.

.

.

Le 18 avril, la DSCR communique sur le fait qu’il y ait 27 fois plus de risques d’être tué en voiture qu’en moto. Sur un simple plan statistique, ce n’est pas faux… mais comparer l’exposition au risque routier des occupants attachés dans des véhicules carrossés à des usagers sur des deux-roues motorisés, cela revient à comparer le risque d’accident mortel entre l’alpinisme et la pétanque, au seul motif que ce sont toutes les deux des pratiques sportives ! . 

.

 

Dans son communiqué, la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) indique qu’en 2012, « 650 motards se sont tués »… ces 650 victimes ne « se » sont pas tuées, elles sont décédées dans des accidents de circulation dont elles n’étaient pas forcément responsables, nuance !Ce chiffre de 650 morts en deux-roues est d’ailleurs le plus bas enregistré depuis quatre décennies(1), avec une baisse de 14%(2) des tués en 2012. Leur parc n’a pourtant cessé d’augmenter. .

.

 

La FFMC et la FFM ont accepté de participer aux débats du Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) en y apportant leurs propositions pour la sécurité des usagers en deux-roues, propositions que nous mettons en œuvre dans les domaines de la formation des motards, de l’assurance moto, de la sensibilisation au risque pour les jeunes, de l’information des usagers et du partage de la route au bénéfice de tous.

.

. 

Alors que l’Etat demande aux conducteurs de faire des efforts dans leurs comportements, nous demandons à la DSCR un peu plus de cohérence dans sa communication si elle souhaite continuer à associer les usagers et leurs représentants aux discussions en cours. .

.

 

 [1]Selon ONISR, 698 tués à moto en 1975 pour un parc estimé à 334 000 unités, 652 tués en 2012 pour 2,8 millions  de motos (125 cm3 et +) selon le service d’observation des statistiques du Ministère de l’Environnement, recensement MEDEMM 2RM 2012

[2] Selon ONISR, en 2011-2012, la baisse des tués à moto était de -14,5%, plus fort taux d’amélioration de toutes les catégories d’usagers (-10% pour les cyclomoteurs et -8,6% pour les autos).

Fédération Française de Motocyclisme 74 avenue Parmentier 75011 Paris Tél. : 01 49 23 77 24 Fax : 01 47 00 08 37 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fédération Française des Motards en Colère 35bis rue des Messiers 93100 Montreuil  Tél. : 06 70 09 55 16 Fax : 01 48 18 03 19 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

  

-10% pour les cyclomoteurs et -8,6% pour les autos).

Contrôle technique européen : le combat continue!

Après une victoire inespérée en décembre dernier grâce à une forte mobilisation du gouvernement français au sein du Conseil Européen, le match retour au Parlement Européen s’annonce plus difficile.Heureusement, côté Parlement, des députés français se mobilisent également pour défendre les usagers de la route contre les excès réglementaires de Bruxelles. Rappelons que la question de la périodicité des contrôles pour les automobiles est aussi en jeu puisque la proposition de la Commission Européenne est de rendre ces contrôles annuels pour tous les véhicules de plus de 6 ans et de les étendre aux caravanes et aux deux roues motorisés (2RM). Suite au courrier commun des 3 instances majeures de la moto et du loisir motorisé qui avait été adressé aux députés européens français, de nombreuses réponses encourageantes ont été reçues. Plusieurs amendements visant à exclure les 2RM du champ d’application de la directive ont été ainsi déposés (disponibles prochainement sur le site du Parlement Européen).Parmi les députés européens ayant indiqué leur opposition à la proposition de contrôle technique des deux roues motorisés, on notera, entre autres, Dominique Vlasto, Alain Cadec, Jean-Pierre Audy, Christine de Veyrac, Michel Dantin, Dominique Riquet ou Brice Hortefeux.L’enjeu aujourd’hui est d’élargir le cercle des opposants à une généralisation du contrôle technique (CT) des deux roues motorisés, notamment face à des pays où le CT moto existe depuis de nombreuses années (Allemagne, Angleterre…) et qui ne comprennent pas les positions des pays où celui-ci n’est pas en vigueur (France, Pays Bas...). 

Un premier vote interviendra au sein du comité des Transports du Parlement Européen fin mai à Bruxelles et le vote en séance plénière devrait avoir lieu début juillet à Strasbourg. La partie s’annonce serrée.

Fédération Française de Motocyclisme 74 avenue Parmentier 75011 Paris

Tél. : 01 49 23 77 24 - Fax : 01 47 00 08 37 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Fédération Française des Motards en Colère 35bis rue des Messiers 93100 Montreuil

Tél. : 01 48 18 12 15 - Fax : 01 48 18 03 19 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Collectif de Défense des Loisirs Verts 1 rue Édouard Bouthier 89500 Villeneuve sur Yonne

Tél. : 09 650 444 76 - Fax : 03 86 83 5 10 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

CNSR, un pas en avant, un pas de côté

 

Mercredi 13 février, le Conseil National de la Sécurité Routière annonce le retour des panneaux signalant les radars fixes, et propose de faire de la consommation inadaptée d’alcool une « grande cause nationale ».

Si le déploiement de radars de tous ordres continue, au moins tous les radars fixes seront signalés. Les radars « pédagogiques » n’ayant pas convaincu de leur efficacité, malgré leur coût d’installation et d’entretien, ils seront remplacés au fur et à mesure de leur obsolescence par des panneaux. 

La FFMC salue la priorité donnée à la prévention des accidents causés par l’alcool, notamment en direction des publics à risques. L’absence de verbalisation pour la non–possession d’un éthylotest redonne son caractère préventif et pédagogique à cette mesure d’autocontrôle.  

Pour France Wolf, qui représente la FFMC au sein du CNSR, la sécurité routière semble entrer dans une ère nouvelle : «  on a peut-être aujourd’hui tourné la page de la politique de punition réglementaire collective qui semblait tenir lieu d’unique feuille de route à la Sécurité Routière dans la décennie précédente ».

Contacts presse : France Wolf : 06 63 43 43 32, Marc Bertrand : 01 48 18 12 18, Eric Thiollier : 06 70 09 55 16 

CNSR 2012 :

les Motards en colère sont contents

Le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR),

qui vient d’être relancé le 27 novembre 2012,

amorce le retour d’une politique routière que la

 FFMC espère orientée dans le bon sens.

Du CNSR de novembre 2012, l’actualité a retenu la mise au placard de l’éthylotest et du brassard contre lequel la Fédération Française des Motards en Colère s’est opposée dès son annonce en janvier dernier. Ces deux mesures symbolisaient la gadgetisation des enjeux de sécurité routière à des fins de communication politicienne : la FFMC salue la volonté du Ministre de l’Intérieur de mettre fin à ces pratiques.

Principale représentante des conducteurs de deux et trois-roues motorisés avec 10 000 adhérents, la FFMC revient au Conseil National de la Sécurité Routière en tant que membre permanent. Elle y apportera son expertise et ses propositions en faveur d’une sécurité routière responsable et responsabilisante qui associe les usagers. Notre détermination à y travailler en concertation avec tous les acteurs œuvrant au partage de la route sera à la hauteur des enjeux visés.

Retrouvez les propositions de la FFMC pour une meilleure sécurité routière dans son manifeste.

Contacts presse : France Wolf : 06 63 43 43 32, Nathanaël Gagnaire : 06 83 91 65 27, Marc Bertrand : 01 48 18 12 18