COMMUNIQUES FFMC NATIONALE

Un CISR d’urgence… pour des mesures

rétrogrades et inadaptées.

Convoqué pour un Conseil Interministériel de la Sécurité Routière, le gouvernement a promis d’avancer pour la sécurité des usagers de la route, notamment les plus vulnérables. En pratique, les mesures proposées sont, une fois de plus, complètement à côté de la plaque, ignorant la réalité de terrain et l’ensemble des travaux et concertations de ces dernières années. Vitesse, vitesse, vitesse

Sans surprise, bien des mesures concernent la vitesse : fin des avertisseurs de radar et des panneaux, amendes plus lourdes et modulables selon la période…
Alors qu’on sait que les grands excès de vitesse ne représentent qu’une part infime des infractions, que la plupart des accidents ont lieu à basse vitesse, et que l’hypovigilance reste une cause majeure. Même à 30 km/h, un conducteur inattentif peut tuer.
Attention devant !
La vigilance, parlons-en. Les amendes pour téléphone au volant et utilisation d’appareils détournant l’attention seront augmentées... pas mal. Mais toujours pas un mot ni la moindre campagne d’information sur le fait qu’avoir le téléphone en main-libre est tout aussi dangereux, et que les premiers à en pâtir sont les deuxroues, dont la majorité des accidents sont causés par des défauts d’attention des automobilistes.
Et les deux-roues ?
Renforcer leur « visibilité » en les transformant en arbre de noël, et agrandir leur plaque d’immatriculation, voilà les propositions faites... Pour servir d’aérofrein et qu’ils aillent moins vite ? Il existe déjà pléthore de réglementations sur le sujet. A quand une réelle prise en compte dans les infrastructures, des incitations sérieuses à porter un équipement de sécurité, et surtout des actions en direction de l’ensemble des usagers de la route pour un meilleur partage ?
Beaucoup de bruit pour rien
Au final toujours les mêmes vieilles recettes, les mêmes diabolisation et déresponsabilisation des conducteurs, une surenchère réglementaire inefficace et qui va à l’encontre des mesures de nos voisins européens qui obtiennent de meilleurs résultats. Il serait temps que les élus et ministres fassent preuve d’un réel courage politique et entendent les usagers plutôt que des chiffres jetés hors contexte.
Après deux années d’une inutile concertation, la FFMC appelle l’ensemble des usagers de la route, casqués ou non, à leur rappeler en 2012 et à exprimer d’ici là, dans la rue, leur ras-le-bol du tout répressif.
Contact presse : France Wolf 06 63 43 43 32
Marc Bertrand 01 48 18 03 20

http://www.securite-routiere.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=3908

 11 mai 2011 - Comité interministériel de la sécurité routière

 En ce jour de lancement de la décennie mondiale d’action pour la sécurité routière (2011- 2020) par l’ONU et l’OMS, décision à laquelle la France a largement contribué, le Premier ministre, François FILLON, a présidé le quatrième Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) de la mandature.
 Sur les 103 mesures décidées par les CISR depuis 2008, 101 ont été mises en oeuvre.
 Les mesures décidées par le CISR du 11 mai 2011 ont pour objectif de lutter contre l’augmentation de la mortalité routière constatée sur les routes françaises depuis le début de l’année et au relâchement des comportements qui en est la cause.
 Sans attendre la mise en oeuvre de ces mesures, le Premier ministre a demandé au ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration de mettre en place des contrôles renforcés sur les routes, et tout particulièrement au cours des week-end prolongés du mois de juin.
1- Dissuader les excès de vitesse
Conduire est un acte important, qui nécessite que le conducteur y consacre toute son attention. Or, les sources de distraction (téléphone, textos, Internet mobile et autres écrans pendant la conduite...) se multiplient, tout comme les comportements à risque de conducteurs sous-estimant les risques liés à la fatigue et à la somnolence. L’abaissement de l’attention portée à la conduite, quelle qu’en soit la cause est à l’origine de nombreux drames de la route.
 Décisions du CISR :
 Pour en finir avec le comportement irresponsable de ceux qui s’autorisent à rouler à des vitesses très abusives, les excès de vitesse de plus de 50 km/h seront désormais qualifiés juridiquement, dès la première infraction, de délit.
 Les avertisseurs de radars, qui sont une incitation à enfreindre les règles en matière de limitation des vitesses, seront interdits.
 Les panneaux indiquant la présence de radars fixes seront supprimés et les cartes d’implantation des radars ne seront plus rendues publiques. L’information sur le positionnement des radars fixes incite en effet certains conducteurs à ne respecter la réglementation des vitesses qu’à leur proximité.
 1 000 nouveaux radars seront déployés d’ici à la fin de l’année 2012, et des radars mobiles de nouvelle génération, permettant de contrôler la vitesse des usagers à partir de véhicules en circulation, ou semi-mobiles (déplaçables pour sécuriser par exemple des zones de chantiers) seront expérimentés dès cette année.
 Pour aider la grande majorité des conducteurs soucieux de respecter les limitations de vitesse à le faire, toutes les technologies permettant de mieux contrôler sa vitesse seront favorisées : information sur les limitations de vitesse par les GPS, incitation au bridage volontaire des moteurs ou à l’installation d’un limiteur volontaire de vitesse. Ces mesures seront favorisées par la mise en place d’un label « voiture sûre », qui reconnaîtra le niveau d’équipement de sécurité du véhicule ; ce label doit faire l’objet de discussions qui vont être engagées avec les industriels, les associations et les assureurs.
 2- Lutter contre l’alcoolémie et les stupéfiants sur la route
La conduite sous l’emprise de l’alcool est la première cause infractionnelle de mortalité au volant : en 2009, 30% des personnes tuées sur la route le sont dans un accident en présence d’un taux d’alcool supérieur au taux légal. Conduire en état d’alcoolémie multiplie par 8 le risque d’être impliqué dans un accident mortel et par 14 s’il y a en plus consommation de cannabis.
 Décisions du CISR :
 La possibilité de procéder à une prise de sang permettant de vérifier le taux d’alcool ou la présence de stupéfiants à la suite d’un dépistage positif effectué par les forces de l’ordre sera étendue aux infirmiers.
 L’utilisation d’un éthylotest anti-démarrage sera rendue obligatoire sans délai pour l’ensemble des transports en commun de personnes équipé d’un éthylotest anti-démarrage.
 Toute alcoolémie en situation de conduite supérieure à 0,8 g/l sera sanctionnée par le retrait de 8 points, contre 6 actuellement.
 3- Sécuriser l’usage du deux-roues motorisé
L’accidentalité des conducteurs de véhicules à deux-roues motorisés demeure préoccupante en France. Ils représentaient, en 2010, environ 24% des personnes tuées sur la route pour moins de 2% du trafic.
 Décisions du CISR :
 Les plaques d’immatriculation pour les deux-roues motorisés seront de plus grande taille, afin de rendre plus opérants les contrôles.
 Ceux qui reprennent l’usage d’une moto après 5 années d’interruption devront désormais suivre une formation s’ils n’ont pas conduit de deux-roues motorisés au cours des cinq dernières années.
 Les conducteurs de motos et de tricycles devront porter un équipement rétro-réfléchissant.
4- Renforcer la vigilance au volant et combattre tous les facteurs qui réduisent l’attention portée à la conduite
Conduire est un acte important, qui nécessite que le conducteur y consacre toute son attention. Or, les sources de distraction (téléphone, textos, Internet mobile et autres écrans pendant la conduite...) se multiplient, tout comme les comportements à risque de conducteurs sous-estimant les risques liés à la fatigue et à la somnolence. L’abaissement de l’attention portée à la conduite, quelle qu’en soit la cause est à l’origine de nombreux drames de la route.
 Décisions du CISR :
 Téléphoner en conduisant, le téléphone tenu en main, sera sanctionné plus sévèrement, avec une contravention de la 4ème classe (au lieu de la 2ème classe) donnant lieu à un retrait de trois points du permis de conduire (au lieu d’un retrait de deux points).
 En partenariat avec les professionnels de téléphonie mobile, des solutions techniques seront développées pour permettre de limiter les conversations téléphoniques au volant.
 Les sanctions pour conduite d’un véhicule avec un appareil à écran en fonctionnement dans le champ de vision du conducteur (autres qu’aide à la conduite et à la navigation type GPS) seront aggravées : retrait de trois points et amende de 1 500 euros (l’amende forfaitaire pour ce type d’infraction est aujourd’hui de 135 euros d’amende et le retrait de deux points). Les contrevenants s’exposeront aussi à la saisie de l’appareil à écran.
 La circulation sur bande d’arrêt d’urgence et sur voie neutralisée, pourtant interdite, est à l’origine de trop nombreux drames, dont sont victimes tant les usagers de l‘autoroute que les professionnels intervenant sur ce réseau : le non-respect de ces règles sera plus sévèrement sanctionné (135 euros d’amende, retrait de trois points).
 Les bandes de rives sonores, destinées à éviter un endormissement du conducteur, seront généralisées sur l’ensemble des autoroutes au rythme des travaux routiers.
5- Donner plus de place aux citoyens dans la politique de sécurité routière
Pour maintenir autour de l’enjeu de la sécurité routière la mobilisation citoyenne qui a permis les progrès de ces dernières années, les actions entreprises doivent être portées par les usagers de la route autant que par les pouvoirs publics. Elles ne pourront l’être qu’à la condition d’être concertées, expliquées, évaluées et éventuellement corrigées.
 Décisions du CISR :
 Un nouveau Conseil national de la sécurité routière, instance de débat et de réflexion sur les enjeux de la sécurité routière, sera réuni, dans une configuration nouvelle, à la composition élargie.
 L’expérimentation menée dans 80 lycées pour sensibiliser leurs élèves à la sécurité routière sera progressivement étendue à partir de la rentrée 2011.
 Le comité interministériel de la sécurité routière a également fait un point d’étape des actions engagées depuis le printemps 2010 sur la prévention du risque routier professionnel et a décidé la poursuite de cette action.
  
Ce midi, M6 a consacré un sujet sur les mesures qui pourraient être annoncées lors du prochain CISR afin de réduire le nombre de morts sur les routes.
Au programme pour les 2RM, une plus grosse plaque et l'interdiction de remonter les files.
Les coordinateurs des FFMC 31 et 69 ont été interviewés.
 Pour revoir l'émission : http://www.m6replay.fr/#/info/le-1245/26996
Placez le curseur vers les 5mn50...
 Catherine
 Commission Juridique
35 bis rue des messiers 93100 Montreuil
Tél : 01.48.18.03.30 - Fax : 01.48.18.03.19 - mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.ffmc.fr

Défense de l’Environnement : le grand n’importe quoi du gouvernement

Interdire les villes aux deux-roues motorisés antérieurs à 2004 et aux autos fabriquées avant 1997 au prétexte de la lutte contre la pollution ? Voilà la nouvelle ineptie sortie des cerveaux des technocrates au pouvoir !

Alors que l’industrie nucléaire se révèle incapable de contenir le désastre de Fukushima, alors que nos gouvernements commencent à exploiter du gaz de schiste dont l’extraction sera extrêmement polluante, alors qu’on ne sait toujours pas quoi faire de nos déchets radioactifs stockés en attendant des jours meilleurs, alors que nos fruits sont couverts de pesticides, que les pots catalytiques et autres rebuts de filtres à particules des voitures modernes s'entassent sans être retraités, qu’on fait venir d’Extrême-Orient des produits à bas-coût fabriqués au mépris de la condition humaine la plus élémentaire, que les légumes cultivés en serre font un demi-tour de globe avant d'atterrir dans nos assiettes, alors que les salariés sont contraints de se loger de plus en plus loin de leur boulot et que les guichets des services publics ferment les uns après les autres, obligeant les citoyens à se déplacer de plus en plus loin...
... va t’on réellement nous interdire de circuler avec des véhicules de plus de 10 ans ?
Mais combien faut-il d'années pour effacer "l'empreinte environnementale" que laisse derrière elle la fabrication d'un véhicule moderne ? Pourquoi pousser au gaspillage en envoyant à la casse des véhicules encore en bon état de marche ?
Et quid des deux-roues motorisés qui participent à une plus grande fluidité du trafic, prennent moins de place en stationnement, ne restent pas coincés dans les embouteillages et favorisent un taux d'occupation (personne transportée / nombre de places du véhicule) de 50 % quand la plupart des autos utilisées en ville ne sont occupées qu'à 25% ?
Est-ce un nouvel effet d’annonce d’un gouvernement aux abois, une fuite dans le système de refroidissement des cerveaux ministériels ou une réelle volonté de nuire à nos concitoyens ?

La FFMC dénonce ce qui s’apparente à un péage urbain imaginé par nos responsables politiques en train de perdre complètement les pédales.

Contact presse : France Wolf 06 63 43 43 32
Marc Bertrand 01 48 18 12 18
A l'occasion de la semaine de la sécurité routière du 16 au 22 septembre la
FFMC47 en partenariat avec les motocistes et la Préfecture du Lot et Garonne
organise une opération « REMISE équivalente à la TVA sur les équipements de
sécurité » 2 roues motorisé, CASQUES BOTTES et GANTS.
11 concessionnaires et motocistes du Lot et Garonne sont partenaire de cette
opération.